Les coups de coeur de notre bibliothèque

Notre bibliothèque de Saint Sulpice regorge de livres passionnants et propose également la commande de livres pour satisfaire le plus grand nombre d’entre-vous.

La bibliothèque est ouverte :
Le Mercredi de 14h30 à 18h00, et le Vendredi de 16h30 à 19h00.
Tél: 05.57.24.66.81
http://bibliotheques.grand-st-emilionnais.org/index

 

Voici notre sélection pour ce mois-ci.

 

 

l1« Pas exactement l’amour » / Arnaud Cathrine

Afficher l'image d'origineRésumé: Ce n’est pas l’amour. Pas encore. Ou presque trop. Ou plus tout à fait. Pourtant les personnages de ce livre se croient tous amoureux. Leurs histoires d’amour ne seraient-elles que des tentatives d’amour?
Passant de l’humour à la gravité, de la confidence à l’outrage, de la pudeur à la sensualité résolue, Arnaud Cathrine revisite, au fil de dix nouvelles, un motif universel.

Coup de cœur: Les relations amoureuses disséquées, une analyse des mécanismes amoureux et surtout une psychologie des personnages assez fine. Un plaisir de lecture, un style sensible et efficace. On rit, on est ému et parfois triste mais on se régale!

 

 

« Vive la marée » / Rabaté ; David Prudhomme. Futuropolis, 2015.l2

« Madame enfile son maillot à l’abri de sa serviette avant de se faire bronzer « seins nus ou pas seins nus ? Allez, seins nus. » Monsieur prépare son matériel de pêche tel un guerrier conquérant. Les enfants sont déjà dans l’eau, le chien à leur trousse, au matin on pense au repas du soir sans oublier de prévoir une case apéro. La plage est un formidable terrain de jeux où « les adultes rêvent et restent les enfants qu’ils ont toujours été », un observatoire de la trivialité humaine dans son plus simple appareil ou presque. Prudhomme et Rabaté sont allés eux aussi à la mer. Avec un grand souci du détail, ils orchestrent un ballet d’estivants en déroulant autant de figures typiques. Un portrait chorale drôle, tendre, qui gratte à peine. Comme du sable dans les sandales. » Sources : Babelio

 

 

 

 

l3« Profession du père » / Sorj Chalandon. Grasset, 2015.

« Mon père a été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d’une Eglise pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle jusqu’en 1958. Un jour, il m’a dit que le Général l’avait trahi. Son meilleur ami était devenu son pire ennemi. Alors mon père m’a annoncé qu’il allait tuer de Gaulle. Et il m’a demandé de l’aider.
Je n’avais pas le choix.
C’était un ordre.
J’étais fier.
Mais j’avais peur aussi…
À 13 ans, c’est drôlement lourd un pistolet. » Sources : Grasset

 

 

« Joseph » / Marie-Hélène LAFON. Buchet. Chastel, 2014.l4

« Joseph est ouvrier agricole dans une ferme du Cantal. Il a bientôt soixante ans. Il connaît les fermes de son pays, et leurs histoires. Il est doux, silencieux. Il a aimé Sylvie, un été, il avait trente ans. Elle n’était pas d’ici et avait beaucoup souffert, avec et par les hommes. Elle pensait se consoler avec lui, mais Joseph a payé pour tous. Sylvie est partie au milieu de l’hiver avec un autre. Joseph s’est mis à boire, comme on tombe dans un trou.
Joseph a un frère, marié, plus beau et entreprenant, qui est allé faire sa vie ailleurs et qui, à la mort du père, a emmené la mère vivre dans sa maison. Joseph reste seul et finira seul. Il est un témoin, un voyeur de la vie des autres.
Joseph est le nouvel opus de Marie-Hélène Lafon. Roman émouvant, traversé en profondeur par une rivière souterraine qui a prénom de femme et de servante : Félicité. Avec talent et humour, Marie-Hélène Lafon rend ici un magnifique hommage à son cher Flaubert… » Sources : Buchet. Chastel

 

 

l5« Chantiers » / Marie-Hélène Lafon. Editions des Busclats (2015)

« Sur les Chantiers de Marie-Hélène Lafon, tout fait ventre et matériau, les céréomnies de l’enfance paysanne et catholique, le quotidien des familles, les chansons enfouies, les gestes et les corps, les pantoufles de Suzanne au bain, Flaubert, Claude Simon ou Bill Viola.On rit, on se souvient, on s’émeut, on s’y retrouve et on s’étonne. On rentre sous la peau de l’écriture et dans la chair du vivant. » Sources : Babelio

 

 

 

 

 

« Palmyre » / Paul Veyne. Albin Michel, 2015.l6

« Ayant eu pour métier l’étude de l’Antiquité gréco-romaine, je n’ai cessé de rencontrer Palmyre sur mon chemin professionnel. Avec la destruction de Palmyre par l’organisation terroriste Daech, tout un pan de notre culture et mon sujet d’étude viennent brutalement de voler en éclats. Malgré mon âge avancé, c’était mon devoir d’ancien professeur et d’être humain de dire ma stupéfaction devant ce saccage incompréhensible et d’esquisser un portrait de ce que fut la splendeur de Palmyre qu’on ne peut plus désormais connaître qu’à travers les livres. »
C’est cette histoire de la « Venise du désert » que nous peint Paul Veyne ; avec lui, nous découvrons cet immense vestige d’un monde aboli.
Paul Veyne, pour Palmyre, l’irremplaçable trésor, fait partie de la première sélection du Prix de la Revue des Deux Mondes. Il est également en lice pour le Prix Essai France Télévisions. Sources : Albin Michel

 

 

l7« Le détroit du loup » / Olivier Truc. Métailié, 2014.

« Le printemps dans le Grand Nord, une lumière qui obsède, une ombre qui ne vous lâche plus. À Hammerfest, petite ville de l’extrême nord de la Laponie, au bord de la mer de Barents, le futur Dubai de l’Arctique, tout serait parfait s’il n’y avait pas quelques éleveurs de rennes et la transhumance… Là, autour du détroit du Loup, des drames se nouent. Alors que des rennes traversent le détroit à la nage, un incident coûte la vie à un jeune éleveur. Peu après, le maire de Hammerfest est retrouvé mort près d’un rocher sacré. Et les morts étranges se succèdent.
En ville les héros sont les plongeurs de l’industrie pétrolière, trompe-la-mort et flambeurs, en particulier le jeune Nils Sormi, d’origine sami.
Klemet et Nina mènent l’enquête pour la police des rennes. Mais pour Nina une autre quête se joue, plus intime, plus dramatique. Elle l’entraîne à la recherche de ce père disparu dans son enfance. Une histoire sombre va émerger, dévoilant les contours d’une vengeance tissée au nom d’un code d’honneur implacable.
Après Le Dernier Lapon qui mettait pour la première fois en scène la police des rennes, Le Détroit du Loup, deuxième roman d’Olivier Truc, confirme ses talents de raconteur d’histoires et sa capacité à nous emmener sur des terrains insoupçonnés. » Sources : Métailié

 
« Thumbelina » / Ciou. Scutella Editions, 2016.l8

« Quand l’artiste toulousaine Ciou se réapproprie le conte d’Andersen, Poucette, cela donne Thumbelina, un livre d’illustrations inédites et décalées, en anglais et français (1er livre bilingue chez Scutella), qui propose une relecture du conte de cette petite fille née d’une graine et qui devient la Reine des Fleurs.
Le livre, à paraître le 28 janvier 2016, est accompagné d’une exposition d’une dizaine de peintures originales de Ciou, illustrations de Thumbelina. A travers une déambulation contée par Amanda Speed, en Français et en Anglais, le public découvre l’oeuvre d’Andersen, Poucette, par le prisme de l’artiste nécro kawaï Ciou : spectacle présenté en avant-première lors du Festival BD d’Angoulême, en janvier 2016. » Sources : Scutella Editions

 

 

l9« La mégalopole » / Cléa Dieudonné. L’Agrume, 2014.
« Une mystérieuse soucoupe volante atterrit sur les toits de la mégalopole, avec un extra-terrestre à son bord. Pour fêter cette rencontre extraordinaire, on organise une fête dans tous les quartiers de la ville : une partie de cache-cache dans le jardin chinois, un récital devant l’opéra, un banquet sur la place du marché. Mais le visiteur avale une praline de travers et s’évanouit…
La mégalopole est un livre fascinant qui se déploie sur plus de 3 mètres de long. Nourrie des univers de Metropolis et du Roi et l’Oiseau, Cléa Dieudonné invente une ville-monde qui regorgent de détails drôles à observer à tous les étages. Un livre-objet éblouissant, qui propose une forme originale d’accordéon (les pages sont repliées sur elles-mêmes) dévoilant progressivement toute la ville sur une seule page gigantesque. » Sources : L’Agrume

 

 

« Clefs magiques : haïkus » / Jean-Léonard de Meuron / Frédérique Le Lous Delpech. Editions Courtes et longues, 2015.l10
De courts poèmes pour évoquer ces petits bonheurs de l’existence, qui aident à surmonter les moments difficiles. Délicatement illustrés, ils sont présentés sous la forme d’un leporello. ©Electre 2016

l11

 

 

 

l12

 

« Le livre des questions » / Pablo Neruda ; Isidro Ferrer, illustrateur de cette édition. Gallimard Jeunesse, 2008.
Un livre tout en questions pour inviter les enfants à la poésie. La vie, la mort, les saisons, les astres, la nature… autant de thèmes pour enrichir son imaginaire. «Le livre des Questions» est le dernier livre écrit par le grand poète chilien avant sa mort en 1973.

 

 

 

 

 

l13« Les contes de Grimm » / Philip Pullman. Gallimard Jeunesse, 2014.

« Philip Pullman a puisé aux sources d’un patrimoine imaginaire exceptionnel : les contes rassemblés par les frères Grimm il y a deux siècles. Il a choisi 50 contes, des plus célèbres aux plus rares, pour les raconter à son tour, avec le talent d’un immense conteur d’histoires contemporain. Le génial Shaun Tan s’est inspiré des sculptures inuits et précolombiennes pour réaliser des figurines qui semblent comme «exhumées de fouilles imaginaires» afin d’illuminer ces contes en préservant leur mystère. »Sources : Gallimard Jeunesse

 

 

 

 

l14« J’ai tué Phil Shapiro » / Ethan Coen. Editions de l’Olivier, 1998.

 

« Un détective privé mordu par un de ses clients, un boxeur incapable de se défendre, un tueur à gages malchanceux, un mafioso inoffensif : les personnages d’Ethan Coen semblent atteints d’une étrange infirmité, comme un vice de forme qui les rendrait inaptes à la vie normale. Victimes de leur sens du devoir et de leur incompétence, ils sont les héros de ces histoires tour à tour féroces, hilarantes et dérisoires auxquelles les films des frères Coen nous ont habitués.
La vraie surprise est ailleurs, dans les récits autobiographiques que nous livre aujourd’hui l’auteur de Fargo. Ce sont des contes magnifiques où l’humiliation, la peur et la solitude jouent un grand rôle. On y découvre un monde inconnu, avec des juifs perdus dans une Middle America recouverte par la neige, l’hiver, quand l’autocar jaune ramène les enfants du Talmud Torah et que la nuit tombe, menaçante.
Et l’on comprend alors que l’univers macabre et enchanté d’Ethan Coen est celui d’un écrivain qui n’a jamais oublié les visions de sa jeunesse. » Sources : Editions de l’Olivier